dimanche, avril 08, 2007

Pas de télévision

Hier, après avoir passé tout l'après-midi visitant des galeries d'art à Santa Monica pour nourrir mon addiction aux stimulants visuels, j'ai décidé d'aller boire un verre à AOC. Il faut profiter des fêtes comme Pâques quand il n'y a pas beaucoup de circulation à Los Angeles et on peut facilement traverser ses autoroutes qui deviennent les plus grands parkings du monde à l'heure de pointe et le soir.

Je m'installe confortablement au bar. Il y a deux hommes à côté de moi contemplant huit verres de vin rouge devant eux. Je souris et l'un des deux me dit:

- Je suis en train de détruire ma carrière.

- Ben, il vous faut de mauvais whisky pour cela.

Et j'ai appris qu'ils travaillent sur une série dramatique comme réalisateur et cameraman. Je leur demande laquelle et, en apprenant que je ne la connais pas, le cameraman angoisse encore plus et j'essaie de trouver quelque chose pour le consoler:

- Mais, je n'ai même pas de télévision chez moi, sinon...

Ce n'était pas du tout la réponse correcte.

- Ce n'est pas vrai ! crie-t-il. C'est à cause des gens comme vous que je serai bientôt obligé de conduire une voiture plus petite !!!

Attendez une minute. Je me penche un peu pour voir ses chaussures. Ses chaussures de ville élégantes du genre que l'on ne voit pas souvent à L.A.

- Vous renoncerez aussi à vos JM Weston, mon pauvre ?

Son collègue hurle de rire.

On a fait une petite dégustation de pinot noir, entre le badinage, et ces deux ex-New Yorkais m'ont raconté pleines de choses concernant leur métier de concurrence acharnée. Ils avaient l'air tous les deux, d'avoir passé des années sur la ligne de front. Ils travaillent pour au moins 70 heures par semaine avec des gens qui se détestent pendant sept mois et puis, s'ils sont encore vivants, ils ont huit semaines de vacances. Mais ils sont si traumatisés durant les premières semaines de congé qu'ils ne font absolument rien. Ils sont vides. Ils ne rêvent plus de voyager parce qu'ils sont trop crevés.

Tony Bennett entre dans le resto, bien habillé en costume, souriant, avec une jolie femme - fidèle à son image méticuleusement cultivé. Ils sont dirigés en haut par l'hôtesse.

Et je comprends la désolation de mes voisins au bar qui travaillent dans un monde illusoire pour vendre des personnages de ces héros faux. À quoi bon ?

6 commentaires:

Loula la nomade a dit…

Salut Marsha,

Et c'était quoi le titre:-)?

marsha a dit…

loula> salut ! Je ne veux pas dire ici...il faut protéger les innocents. Je t'écrirai...

Loula la nomade a dit…

Ok, message reçu. J'en ai entendu parlé.
Mwah

Loula la nomade a dit…

Marsha,
J'ai vu l'émission hier soir:-)

Méchant Raisin a dit…

Une chance que tu ne leur as pas aussi avoué que tu étais blogueuse.
Car, les stats montrent clairement que les gens délaissent de plus en plus la télé pour passer leurs heures libres devant l'écran de leur... ordinateur. À lire des blogues comme le tien, par exemple.
Et c'est tant mieux. ;-)

marsha a dit…

loula> As-tu aimé ? Ont-ils raison de s'inquièter ?

méchant raisin> Ils m'auraient tué si je leur avait dit. Cela fait déjà dix ans depuis que j'ai renoncé à ma télévision et elle ne me manque pas. Est-ce que la télé va bientôt disparaître ?